Le transport a toujours constitué un grand obstacle pour les communautés du Nord du Canada. En hiver, lorsque les voies navigables sont glacées, on demeure tributaire des routes enneigées qui constituent un moyen limité et onéreux de transport des biens et des matériaux en partance ou destination de ces communautés canadiennes éloignées.

La mise sur pied dans le Nord d’un programme de recyclage semblable à celui du sud du pays représente un véritable défi.

MANITOBA

Cela peut toutefois se faire. Ron Benson, directeur général, MARRC, rapporte une nouvelle solution novatrice. L’expédition d’huile usagée depuis le Nord est coûteuse. « La solution que nous avons trouvée pour un projet pilote à St. Theresa Point, dans le nord-est du Manitoba, est ingénieuse. Au lieu de récupérer et d’expédier l’huile usagée, on la recueille et on l’utilise comme mazout de chauffage au poste de pompiers municipal. »

Caserne de pompiers de St. Theresa Point – Solomon Mason, directeur de programme (gauche) et Ron Benson, directeur général, MARRC (droite)
Affiche pour la promotion de l’initiative de recyclage à St. Theresa Point.

L’idée a surgi lorsque la MARRC, par l’intermédiaire de Conservation Manitoba, s’est faite l’hôte d’assemblées en compagnie de diverses Organisations de producteurs responsables (PROs). Il était question d’apporter du soutien pour le recyclage de produits d’huile usagée, de véhicules, de batteries, de matériel électronique, de produits du programme MMSM (Multi-Material Stewardship Manitoba), etc.

En se servant de St. Theresa Point comme projet pilote, la MARRC a rendu possible l’homologation, l’achat, le transport et l’installation d’une unité de brûlage et d’entreposage d’huile usagée pour la communauté. Maintenant installé au poste de pompiers municipal, le brûleur, alimenté par l’huile usagée recueillie dans la région, chauffe le bâtiment en hiver, assurant que les véhicules d’urgence et d’entretien soient logés dans un environnement chaud, prêts à une intervention rapide.

QUEBEC

On retrouve également dans le Nord du Québec des communautés éloignées qui ne sont accessibles que par voie navigable ou aérienne. Leurs besoins de recyclage sont toutefois les mêmes que ceux des communautés du sud.

Grâce à l’établissement d’un partenariat avec quatre autres organismes REP (responsabilité élargie des producteurs) et avec l’Administration régionale Kativik, la SOGHU a participé à un projet pilote novateur du 29 septembre au 7 octobre 2015.

Tout a commencé au port de Montréal, où l’on a chargé sur un navire du matériel de collecte approuvé destiné à l’utilisation par trois communautés du Nord du Québec. Vint ensuite un voyage de trois semaines au cours duquel le navire a fait escale à Salluit, Kuujjuaq et Kuujjuarapik pour y décharger le matériel.

La population locale et des techniciens spécialisés fournis par les partenaires ont supervisé la collecte, le tri et la préparation des produits recyclés à expédier à Montréal.

Voici la liste des partenaires et des produits :

  • SOGHU – huiles, éthylèneglycol et contenants, filtres
  • Call2recycle – batteries
  • Recycfluo – ampoules contenant du mercure et tubes fluorescents
  • Éco-peinture – restes de peinture
  • EPRA – matériel électronique usagé

Les résultats de la collecte de la SOGHU ont été de plus de 14 000 litres d’huile usagée, plus de 1 000 litres d’éthylèneglycol, ainsi que des centaines de filtres usagés et de contenants en plastique.

« Pour un projet pilote, nous considérons qu’il s’agit d’un succès, commente Gilles Goddard, directeur général, SOGHU. De plus, il est fort possible qu’on répète le programme cette année dans trois autres communautés de la région. »

Point de dépôt dans une des communautés du nord du Québec (Nunavik).
Barils de filtres, prêts pour un long voyage de retour à Montréal de deux à trois semaines